Un nouveau panel en ligne belge défie le marché

Deux experts, Jo Steyaert et Colin Sanders, unissent leurs forces pour lancer un nouveau panel, baptisé Bpact. Bpact se distingue des panels belges existants par sa focalisation sur l’impact, la transparence, l’accessibilité et la qualité.

Impact

« Nous sentons que le marché belge des panels en ligne stagne depuis un certain temps. L’approche et les outils évoluent peu alors que le savoir-faire en termes de contenu et les possibilités techniques sont là pour organiser des panels dernier-cri. Trop de possibilités restent inexploitées. Nous estimions que le moment était venu de franchir un nouveau pas avec Bpact », explique Jo Steyaert, fondateur de Bpact. « Dans les études, tout est une question d’impact, mais nous voulons aussi avoir de l’impact en tant que panel. Nous prenons nos responsabilités dans la société. C’est pourquoi, d’une part, nous participons à la recherche méthodologique fondamentale et, d’autre part, nous soutenons chaque année divers projets sociaux pour qu’ils atteignent leurs objectifs. »

Transparance

Tant Jo Steyaert que Colin Sanders ont fait leurs preuves dans le secteur. L’aspiration à démarrer un nouveau panel vient toutefois d’un sentiment de frustration. Colin Sanders : « J’ai l’impression qu’en 2016, le marché des panels est une boîte noire qui se garde bien de livrer ses secrets : le client y dépose de l’argent et des répondants en ressortent. Dans quelle mesure cette approche est-elle encore crédible ? Nous croyons en l’entrepreneuriat intelligent et responsable. Nous impliquons nos partenaires et nos clients tout au long du processus. Cela nous permet de voir ensemble en quoi nous sommes sur la bonne voie et où nous pouvons encore nous améliorer. » Cette approche ne risque-t-elle pas de faire perdre des clients ? « L’honnêteté est ce qu’il y a de mieux. C’est ainsi que l’on construit une relation à long terme avec les clients. »

Dialogue accessible

Bpact opte pour une approche qui diffère radicalement de celle des panels existants, non seulement sur le plan technique, mais aussi sur le plan du recrutement et du fonctionnement. « Certains panels parviennent à avoir un fonctionnement qui paraît inutilement complexe, pour le client et le répondant. Nous ne croyons pas en cela, le point de départ de notre communication est magnifiquement clair. De plus, nous ne croyons pas en un simple ‘questionnement’ à sens unique. Je suis convaincu que le consommateur espère aussi un dialogue. Indépendamment de tout modèle scientifique, nous demandons donc aussi à nos membres ce qu’ils pensent des questionnaires qu’ils complètent. Car un questionnaire correct sur le plan scientifique auquel personne ne veut répondre ne livrera jamais de résultats corrects », conclut Jo Steyaert.

Panel en construction, études imminentes

Concrètement, Bpact a déjà commencé à développer son panel. Avec un focus belge clair, afin que le panel puisse être utilisé pour toute étude pertinente. Tant les entreprises et les administrations que les bureaux d’études de marché et les agences de communication peuvent recourir au panel de Bpact. Les premières études devraient déjà être terminées en 2016.

Plus d’infos?

Jo Steyaert
Colin Sanders
Jasper Steyaert

Contribuez à faire la différence.

Participer